deneigement

Comprendre la viabilité hivernale

1 / L'astreinte

Depuis le 15 novembre et jusqu’à fin mars, 27 agents municipaux sont mobilisables et mobilisés au quotidien pour sécuriser la voirie en cas d’intempéries. À Aurillac, trois équipes de neuf personnes se relaient pour assurer une permanence « viabilité hivernale » : sept conducteurs, un patrouilleur et un mécanicien.

Régulièrement informé des évolutions météorologiques, le patrouilleur est le premier à sortir vers 3 heures. Si besoin, il sollicite l’intervention de l’astreinte neige pour que la majorité des axes puisse être dégagée pour 8 heures.

2 / Les matériels et matériaux utilisés

Les engins municipaux chargés de la viabilité hivernale sont équipés de lames de caoutchouc afin de ne pas endommager la chaussée.
Par ailleurs, pour lutter contre les phénomènes glissants, ils répandent, selon la température et les sites, du sel, de la bouille de sel ou des granulats (sable ou pouzzolane).

3 / La propreté urbaine en renfort

En plus des interventions mécaniques, les agents de la propreté urbaine interviennent manuellement pour dégager les accès piétons aux arrêts de bus, aux bâtiments publics, aux places, aux esplanades et aux escaliers publics.

4 / Le déneigement des trottoirs

Avec 150 km de voirie, la commune ne peut pas intervenir sur l’ensemble du territoire communal pour dégager les voies de circulation piétonne. Aussi, un arrêté municipal, pris en 2005, stipule que les propriétaires, les locataires ou les syndics de copropriété sont tenus de déneiger les trottoirs devant leurs maisons ou immeubles.

hiver deneigement

Info +

En période hivernale, un équipement et une conduite des véhicules adaptés aux conditions météorologiques demeurent les meilleures protections.